Art plumassier des Indiens d'Amérique du Sud
dans les collections des musées

>Hauptseite<

Bienvenue!!

 

MUSÉES ETHNOLOGIQUES EN EUROPE
QUEL AVENIR ?

 

voir aussi la charte de l'ICOM:
Code of ethics for museums,
Code de déontologie pour les musées,
Ethische Richtlinien für Museen

 

to top

Sommaire

 

POUR favoriser des projets communs entre Indigènes – musées – universités – collectionneurs – financés par la communauté européenne

ou autrement dit:

Les collections des musées ethnologiques en Europe appartiennent au patrimoine culturel mondial. À travers l'histoire de la collection de ces oeuvres, nous sommes reliés aux cultures, peuples et tribus les plus divers de ce monde.

La mission des musées n'est pas seulement de conserver les collections et de concevoir des expositions, mais aussi de permettre la mise en place de « réserves visibles » accessibles virtuellement à tous sur internet.

Les descendants encore vivants des auteurs de ces objets veulent savoir où se trouve leur patrimoine culturel. Nous devrions pouvoir leur répondre lorsque nous les rencontrons.

Il est possible de travailler ensemble à un niveau européen: cette page internet en est une illustration. Je souhaite remercier, pour leur aide précieuse, tous les musées et leurs équipes qui ont participé jusqu'ici à ce travail et espère que cela constitue (ou constituera)pour eux un outil efficace.

* Depuis 2002, j'ai photographié l'art plumassier dans près de 40 musées ethnologiques européens (Belgique, Danemark, Allemagne, France, Italie, Autriche, Pays-Bas, Norvège, Suède, Suisse,...).

to top

Les instances responsables des musées

Chaque musée ethnologique a sa propre histoire de création, une tradition de la maison et une instance responsable attitrée. En Allemagne, ce sont la plupart du temps les villes ou les « Bundesländer ». Il semble que souvent ces responsables financiers et administratifs ne saisissent pas (ou plus) le sens des musées ethnologiques – alors qu'il n'est nécessaire d'expliquer à personne la signification de la possession d'une collection de peintures de Picasso, van Gogh, Monet, Cézanne, etc... La volonté politique est à l'image de cette compréhension lacunaire et se ressent à travers la dotation en personnel et en moyens financiers de bon nombre des musées.

to top

Les politiques d'acquisition

Seuls très peu de musées investissent encore aujourd'hui dans des collections ou complètent de manière systématique leurs collections. Dans le meilleur des cas, on acquière, à l'aide de dons privés, des pièces uniques onéreuses provenant du marché de l'art. Cela pour au moins deux raisons : d'une part les instances responsables des musées établissent des budgets destinés aux acquisitions qui ne sont ni planifiés ni adéquats, d'autre part une fausse croyance est largement répandue selon laquelle il n'y aurait plus rien à collectionner dans les pays intéressants sur le plan ethnologique.

to top

La conservation des collections

Une conservation adaptée aux objets est garantie dans presque toutes les réserves des musées. Dans seulement trois musées (de Suisse), j'ai remarqué des conditions de stockage qui ne répondent plus aux standards en vigueur. La situation dans les petits et moyens musées italiens ne m'est pas encore connue.

Les musées allemands dotés d'importantes collections manquent presque tous de personnel, et c'est pourquoi les responsables des collections se retrouvent débordés. La restauration d'objets n'a lieu, si cela se produit, que dans le cadre d'expositions. La conservation des objets suppose également une restauration des dommages causés par la guerre ainsi qu'une rénovation des entrepôts aux conditions inadaptées aménagés jusque dans les années 1980.

Dans les petits et moyens musées, il n'y a pas de restaurateurs spécialisés, il est, de plus, rare de constater une inspection régulière (plusieurs fois par an) des magasins et des collections pour vérifier l'état et les risques de propagation d'insectes.

Dans les pays scandinaves, cette dernière décennie, une nouvelle tendance regrettable consiste à faire des économies sur les postes scientifiques dans les musées, si bien qu'il n'y a presque plus de conservateurs. Là-bas, les collections sont entreposées au meilleur niveau technique « pour l'éternité » et deviennent « un capital inerte ». Sans travail scientifique, pas d'expositions attractives, et donc peu de recettes.

to top

Planification et mise en place de réserves visibles

Jusqu'ici, je n'ai trouvé de telles «réserves visibles» qu'au Musée d'Outre-Mer de Brême et - tout nouvellement - au Musée Rietberg de Zürich. La collection d'instruments de musique du Musée du quai Branly à Paris peut certes être approchée par l'extérieur, mais elle n'est presque pas éclairée et pas accessible à tous. Je n'ai pas encore eu échos de projets provenant d'autres musées.

to top

La numérisation des collections

Depuis des décennies, des quantités considérables d'objets et oeuvres d'art de cultures extra-européennes sont entreposées dans les réserves des musées et demeurent inaccessibles au visiteur normal. Dans les expositions permanentes et le peu d'expositions temporaires n'est montrée qu'une part infime d'un fonds faramineux.

Afin de permettre au moins un accès virtuel, dans quelques musées, on photographie les objets individuellement et numérise les documents de collections (catalogue général, dossiers des collections, fiches). Ceci constitue la base pour que, sur chaque collection, soit effectué peu à peu un travail, par le personnel des musées, par des chercheurs ou des collectionneurs spécialisés.

La plupart des musées ont opté, au cours de ces dernières années, pour une solution technico-organisationnelle propre. Une concertation et un dialogue n'ont lieu que rarement ou pas du tout. Il est pourtant possible de fonctionner autrement, comme le montrent par exemple les néerlandais depuis plus de dix ans (voir le site : www.svcn.nl).

to top

Une utilisation collective des archives numériques des collections – trois décisions

Si les archives numérisées des collections des musées concernés doivent permettre de travailler ensemble, favoriser les échanges, et être utiles à tout public intéressé, alors internet s'avère être un medium optimal. Trois décisions fondamentales doivent être prises à ce niveau:
– une décision formelle; c-à-d selon quels critères sont classés les objets,
– une décision technique; c-à-d quel programme informatique est approprié,
– une décision politique; c-à-d le choix de chaque musée de donner accès à ses réserves sur internet.

to top

Projets européens en commun avec les communautés indigènes
(travail sur les collections et expositions)

La conservation des collections, le travail de recherche, la numérisation et l'utilisation collective des archives numériques ne sont pas une fin en soi.

Les musées ethnologiques appartiennent à un genre de musées qui ne conservent pas le patrimoine historique de leurs propres pays, mais des objets d'autres cultures. Par le fait que ces objets soient actuellement la propriété d'un musée respectif, ils deviennent un bien collectif, qu'il convient de préserver et de respecter. Il s'agit d'un patrimoine culturel mondial d'un type particulier puisque l'histoire des collections relie et rassemble les cultures les plus diverses.

Pour les descendants encore vivants de l'auteur d'une oeuvre, la rencontre avec les objets de leur culture est souvent d'une qualité émotionnelle très intense.

Sans l'Europe beaucoup d'objets provenant de ces cultures auraient disparu; une rencontre ne serait pas possible.

Si nous souhaitons faire «parler» ces objets, alors il existe un moyen : celui de travailler de concert avec les descendants vivants de ces cultures sur les collections, financer la recherche dans ces pays, ainsi qu'organiser ensemble des manifestations et des expositions. L'art extra-européen signifie « davantage » que l'art européen, dans la mesure où il requiert une compréhension des mythes et de la religion, dont l'incarnation se produit à travers ces objets : «Voir les mythes».

Pour ces projets communs, nous avons besoin de spécialistes qualifiés, qui sont préparés à leur travail au musée. Dans les pays de langue allemande, les chaires d'enseignement, qui délivrent une formation dans ce domaine, ne sont pas soutenues financièrement, mais au contraire supprimées.

Je tiens ici à remercier:

to top
Valid XHTML 1.0 Transitional! ©2007-2019 G@HService, Volkmar Schlothauer Valid CSS!